RRB.BE présenté par Alain Schenkels

Soldat français Augustin Joseph Louise Victorine TREBUCHON

Né le 30 mai 1878 à Malzieu-Forain, France, tué à l’âge de 40 ans d’une balle dans le front par une mitrailleuse allemande à 10h.55 le 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse, 08492, Ardennes, Champagne-Ardenne, France, Augustin TREBUCHON est réputé pour être le dernier soldat français mort lors de la première guerre mondiale.

Augustin Trébuchon est, en novembre 1918, soldat de 1re classe avec fonction d’estafette au sein de la 9e compagnie du 415e régiment de la 163e division d’infanterie. Cette division française atteint la Meuse le 8 novembre entre Charleville-Mézières et Sedan (sans s’aventurer dans ces villes). Au soir, les ordres de son corps d’armée sont de maintenir le contact avec les troupes allemandes et de franchir la vallée.

Les régiments d’infanterie de la division doivent improviser le franchissement du fleuve en crue, pendant la nuit du 9 au 10, le 142e RI à Nouvion-sur-Meuse et le 415e à Vrigne-Meuse, profitant du brouillard. Seul le 415e réussit, bénéficiant des restes du barrage de Dom-le-Mesnil, mais se retrouva bloqué sur l’autre rive, isolé.

Les unités allemandes (comprenant des bataillons de la Garde) contre-attaquèrent cette fragile tête de pont dans l’après-midi du 10. Les fantassins français passent la nuit du 10 au 11 en restant enterrés, encadrés en cas de besoin par les tirs de barrage de l’artillerie divisionnaire. L’annonce de l’armistice arrive au régiment le 11 novembre vers 6 h 30 ; les adversaires restent ensuite prudents pendant le reste de la matinée, comptant les dernières minutes, même si les tirs d’artillerie et de mitrailleuses se poursuivent jusqu’au cessez-le-feu de 11 h.

Augustin Trébuchon est tué à 10 h 55 du matin, soit 5 minutes avant l’heure du cessez-le-feu décidé par l’armistice du 11 novembre 1918. Augustin Trébuchon avait 40 ans. Il a reçu une balle dans la tête alors qu’il portait un message à son capitaine. L’agent de liaison André Gazareth et le clairon Octave Delalucque découvrent le corps. Le 415e RI a eu 68 tués et 97 blessés dans ses rangs au cours des journées des 9, 10 et 11 novembre.

Augustin Trébuchon était le fils de Jean-Baptiste TREBUCHON, né le 26 août 1842 et décédé le 27 janvier 1892 et de Rosalie VISAAC, née le 7 décembre 1845 et décédée en couche le 7 juillet 1883. Il avait 2 sœurs et 2 frères, l’un d’eux Pierre TREBUCHON né le 11 janvier 1881 a aussi participé à la première guerre mondiale en tant que soldat, il a survécu à la guerre.

Augustin TREBUCHON était fiancé avec Hortense BRUN, ils devaient se marier après-guerre. Hortense BRUN a eu une fille prénommée Marie de père inconnu, d’après certains témoignages, Marie ressemblait physiquement à Augustin Trébuchon.

Événements

30 mai 1878 :Naissance – Malzieu-Forain, France
14 novembre 1899 :Mobilisation militaire – Malzieu-Forain, France
mars 1914 :Fiançailles (avec Hortense BRUN)
4 août 1914 :Mobilisation française – Mende, 48095, Lozère, Languedoc-Roussillon, France
23 octobre 1917 :Cité à l’ordre du Régiment
« Bon soldat ayant toujours accompli son devoir, a été blessé deux reprises au cours de la campagne ».
juillet 1918 :Cité à l’ordre de la 73e brigade
« Soldat d’un calme remarquable donnant à ses jeunes camarades le plus bel exemple d’une brillante attitude au cours des combats du 15 au 18 juillet 1918 ».
11 novembre 1918 :Décès – Vrigne-Meuse, 08492, Ardennes, Champagne-Ardenne, France
Tué d’une balle dans le front tirée par une mitrailleuse allemande à 10h.55, il est réputé pour être le dernier soldat mort durant la première guerre mondiale