RRB.BE présenté par Alain Schenkels

Soldat américain Henry Nicholas GUNTHER


Soldat américain Henry GUNTHER, né en Allemagne le 6 janvier 1895, tué en France le 11 novembre 1918 à 10H59 par 5 balles de mitrailleuse allemandes, est réputé pour être le dernier soldat américain a avoir été tué durant la première guerre mondiale.

Naturalisé américain vers 1898, Henry GUNTHER vit à Baltimore avec ses parents et son frère Charles né aux Etats-Unis. Lorsque les Etats-Unis envoient leurs troupes en Europe, de part son origine Henry GUNTHER n’est pas immédiatement appelé à combattre les allemands. Ayant besoin de nouvelles recrues, il reçoit son ordre d’enrôlement en septembre 1917 et rejoint la France le 12 septembre 1918, au sein du 313e bataillon de la 79e division d’infanterie.

Le 11 novembre 1918, informé qu’à 11 heures le cessé de feu sera officialisé, l’escouade de Gunther s’est approchée d’un barrage routier de deux mitrailleuses allemandes dans le village de Chaumont-devant-Damvillers près de la Meuse, en Lorraine.

Gunther se leva, contre les ordres de son ami proche et sergent Ernest Powell, il chargea avec sa baïonnette. Les soldats allemands déjà informé de l’armistice qui prendrait effet dans une minute tentèrent de faire signe à Gunther de s’éloigner. Malgré les signaux des allemands, il continue malgré tout sa marche et tire un coup ou deux de feu en direction des soldats allemands. Alors qu’il s’approche de trop près des mitrailleuses, pour se protéger de ses tirs et de sa baïonnette les allemands n’ont d’autre choix que de l’abattre d’une courte rafale de tir automatique, Henry GUNTHER est tué sur le coup de 5 balles dans le corps.

Comment et pourquoi ce soldat a-t-il eu ce comportement suicidaire une minute avant la fin de la guerre ?
L’écrivain James M. Cain, alors reporter pour le quotidien local, The Sun, a interviewé les camarades de Gunther par la suite et a écrit que « Gunther méditait beaucoup sur sa récente rétrogradation (il était sergent) et est devenu obsédé par la détermination de réparer devant ses officiers et compagnons d’armes« .

Que c’est-il passé dans la tête de ce soldat ?
De par son comportement face aux allemands, sa mise à mort était inévitable, il en aurait été de même si elle avait eu lieu après l’heure fatidique des 11 heures. A-t-il voulu prouver son patriotisme envers la nation qui l’a accueilli ? Naturalisé américain, Henry Nicholas GUNTHER est né en Allemagne d’où sont originaires ses parents, c’est par ces mêmes allemands qu’il a été tué une minute avec l’armistice.