RRB.BE présenté par Alain Schenkels

L’étrange passion des hommes pour la guerre

Retour vers « Histoires des guerres », cliquez ICI



L’étrange passion des hommes pour ce qui est très certainement la chose la plus horrible qui soit, la guerre. Pourtant elle fascine, les enfants jouent avec des révolvers, les louveteaux sont en uniforme, activités basées sur de jeux d’affrontement ou ils font des prisonniers, il y a les jeux vidéos tels que « Call of Duty », l’Airsfoft ou autre Paintball, les films de guerre font fureur, « Il faut sauver le soldat Ryan » a rapporté plus de 481 millions de dollars ».

Lorsqu’il y a un conflit armé – l’excuse du patriotisme se faisant – les jeunes s’engagent en masse pour se battre contre l’ennemi, la soif d’adrénaline, d’aventures et de folies et probablement aussi montrer à leurs aînés qu’ils sont devenus des hommes.

Pourquoi la guerre fascine l’homme alors que l’objectif premier de toute guerre est de tuer ses semblables, mais aussi de risquer ce que l’homme a de plus précieux, sa propre vie, sans parler des risques de blessures graves.
Moi qui suis d’un naturel pacifiste, pourquoi suis-je donc tant attiré par l’histoire des guerres, les photos et vidéos réalisées sur le front, les histoires de la vie des soldats au quotidien, par mes aïeux que se sont battus dans les différents conflits.

Je n’ai pas fait mon service militaire, je me suis arrangé pour avoir des dispenses le temps qu’il soit aboli. Je ne le regrette nullement car à mon sens c’était du temps perdu à une époque ou l’armée est de plus en plus professionnelle et il faut bien dire que – du moins en Belgique – le service militaire avait mauvaise presse. Qui plus est à mes 20 ans, l’idée de passer 9 mois dans l’armée alors que je dirigeais déjà une entreprise prospère, était une aberration.

Comprenons-nous bien, je ne dit nullement que l’engagement comme volontaire de guerre est un mauvais choix si notre patrie est envahie par un état ennemi. Lorsque j’ai un conflit avec une personne ou entreprise, je privilégie le dialogue, la diplomatie pour essayer de le résoudre ou a tout le moins réduire les nuisances et éviter autant que faire se peut de passer par le Tribunal, mais si la partie adverse ne veut rien entendre, je n’hésite pas à ester en Justice.

Il en va de même dans le cadre politique, si toutes les voies de la diplomatie ont été épuisées, qu’une nation tierce attaque notre pays, il est de notre devoir de nous défendre pour protéger nos valeurs, nos libertés et notre démocratie. Bien que pacifiste, si j’avais vécu mes 20 ans à une époque pas si lointaine, je me serais très certainement engagé comme volontaire de guerre, malgré les risques pour ma « précieuse » petite peau, je me serais battu pour essayer de sauver mon pays, la démocratie même si elle est loin d’être parfaite, mes libertés et celles des miens, si nécessaire au prix de ma propre vie.

Je n’aime pas la terminologie de « héro de guerre », je crois que tout homme qui a pris les armes et s’est confronté à l’ennemi pour la protection de sa patrie a autant de mérite que n’importe quel autre soldat, qu’il ai survécu ou non. Bien entendu, il y a des actes « héroïques » durant les combats qui méritent une distinction, néanmoins sont-ils plus « héro » que les autres soldats qui risquent tout autant leurs vies, ce n’est en tout cas pas mon point de vue.

Cela étant, ça ne répond pas à la question de base : « l’étrange passion des hommes pour la guerre »

L’homme aime le pouvoir, posséder, avoir le contrôle sur les autres, c’est dans sa nature. L’homme a besoin d’aventures, d’adrénaline, de prendre des risques parfois inconsidérés. L’homme est une bête sauvage qui a évolué tout en gardant ses instincts primitifs de chasseur, l’homme est attiré par le danger et la peur, mais aussi d’avoir le pouvoir d’interéagir sur le destin de l’adversaire. En tant de guerre, non seulement l’homme peut tuer légalement d’autres hommes, mais en plus on l’en félicite alors que toute son enfance on lui a appris à aimer son prochain.

Je n’ai pas la science infuse, je ne suis qu’un homme avec ses qualités et défauts (si si!). Dans nos contrées, nous avons la chance depuis plus de 75 ans de vivre une époque de paix. Certes il y a les attentats et autres méfaits, mais nous n’avons pas la peur quotidienne de sortir de chez nous et de nous faire tirer dessus ou recevoir un obus sur notre maison.

N’oublions cependant jamais que la paix n’est en aucun cas une chose acquise, si nos aïeux se sont battus pour notre liberté, nous devons nous aussi agir afin de maintenir à chaque niveau de pouvoir un climat de paix et éviter l’escalade de la violence.
Sans cela, c’est la recette idéale pour une guerre ou tout autre conflit armé et sur le terrain, je doute très fortement que la guerre soit aussi passionnante, une fois que l’homme est confronté à la réalité et l’horreur des combats, à la mort violente et la souffrance de ses amis, que lui-même devient officiellement une cible à abattre, que l’ennemi met tout son arsenal en route pour le détruire, le calvaire au quotidien des hommes est bien éloigné de la soif d’aventures et d’adrénaline qu’il ressentait en partant pour la première fois au combat.

Si notre passion pour la guerre reste, bien confortablement installé en sécurité dans notre fauteuil ou participant à différents jeux ou reconstitutions, n’oublions cependant jamais que la réalité n’a aucun rapport et surtout, pensons à tous ses hommes qui se sont battus, qu’ils aient eu la chance de survivre, qu’ils aient été blessés, capturés ou tués, pour que nous puissions à notre époque vivre en paix.


La guerre n’est pas un jeu, la réalité est tout autre ...

Durant la première guerre mondiale :

  • Côté alliés : 5 696 056 soldats ont été tué, 12 809 280 soldats ont été blessé certains grièvement, 3 674 757 civils y ont perdu la vie, ce sans compter les nombreux soldats capturés.
  • Côté ennemis : 4 024 397 soldats ont été tué, 8 419 533 soldats ont été blessé certains grièvement, 5 193 000 civils y ont perdu la vie, ce sans compter les nombreux soldats capturés.

Durant la seconde guerre mondiale :

  • Côté alliés : près de 25 000 000 de soldats ont été tué et près de 50 000 000 de civils y ont perdu la vie, ce sans compter les nombreux soldats capturés et les très nombreux blessés certains grièvement.
  • Côté Troisième Reich : 5 530 000 soldats ont été tué, près de 3 000 000 de de civils y ont perdu la vie, ce sans compter les nombreux soldats capturés et les très nombreux blessés certains grièvement.

Surtout, n’oublions pas l’impensable, les victimes de la Shoah, ces plus de 2 680 000 personnes assassinées :

Auschwitz-Birkenau : 1 100 000 morts, Treblinka : 850 000 morts, Belzec : 500 000 morts, Sobibor : 150 000 morts, Chełmno : 150 000 morts et Majdanek : 80 000 morts


Soldats capturés


D’autres ont bien moins de chance, la guerre, c’est ne l’oublions jamais souvent la mort au bout du chemin


La mort du soldat est horrible, quelque soit sa nationalité (surtout pour sa famille).
Pour certains cependant, ils sont bien moins à plaindre que d’autres …

Membres des Waffen SS :